5G, localisation Indoor et IA, 3 tendances du MWC19

Posté le 28 mars 2019 Dans : Tendance

  • Temps de lecture08 min.
  • NiveauDébutant

Où en est le déploiement de la 5G ? Quelles sont les nouvelles technologies de localisation indoor ? Comment évolue l'intelligence artificielle ? Découvrez les 3 tendances phares du Mobile World Congress de Barcelone.

5G, localisation Indoor et IA, 3 tendances du MWC19

Du 25 au 28 février dernier a eu lieu l’un des plus grands salons professionnels européens, dédiés aux télécommunications et objets connectés, le Mobile World Congress Barcelona. Cet événement rassemblant près de 2 500 exposants venus du monde entier a su attirer plus de 100 000 visiteurs sur 4 jours. Les géants de l’industrie des télécommunications comme Samsung, Huawei, LG ou encore Orange étaient évidemment présents, mais le salon comptait également de nombreuses start-up et PME rassemblées sous leur pavillon national. Cette année 90 entreprises françaises étaient réunies sous l’emblème de la French Tech.

Lors de la grand-messe du monde des télécommunications, de nombreuses tendances émergent et se dessinent, voici celles qui ont marqué cette édition du MWC 2019 :

 

L’arrivée de la 5G

La 5G est LA grande tendance vue sur le MWC 2019 ! Si vous y étiez, vous n’avez pas pu passer à côté. Tous les opérateurs de téléphonie annonçaient l’arrivée de cette dernière à l’horizon 2020. Bien que les autorités régulatrices et gouvernements soient encore en phase de réflexion quant aux modalités de déploiement de cette nouvelle technologie, les opérateurs eux sont déjà prêts pour les enchères attribuant les fréquences à chacun d’entre eux.

 

Fonctionnement de base de la 5G

La technologie de la 5G s’appuie sur l’utilisation de fréquences bien plus élevées du spectre que la 4G. Aujourd’hui, la 4G, comme les technologies précédentes utilise des bandes de fréquences en dessous de 6GHz, alors que la 5G, utilisera un spectre élargi allant de 30 à 300 GHz, ce que l’on appelle les ondes millimétriques. Ces ondes permettent un débit bien plus important, mais ont cependant une portée bien plus courte. La 5G se s'appuiera donc sur les fréquences millimétriques, mais également sur des fréquences en dessous, pour garantir un déploiement plus large.

A la différence de la 4G, la 5G fonctionnera par le biais d’antennes MIMO (Multi user Multiple Input Multiple Output) qui agiront comme des phares directionnels, permettant de diriger le signal dans une direction précise au lieu d’être émis dans toutes les directions. Ces antennes permettront de diriger le signal radio vers les utilisateurs et équipements quand cela est nécessaire, réduisant considérablement les ondes superflues autour des utilisateurs.

 

Schéma Orange – différence d’émission des ondes radio en 4G et 5G

 

Quels sont les atouts de la 5G ?

La première amélioration sera évidemment la vitesse de transmission des informations, mais surtout la «faible latence» de cette transmission. Celle-ci passerait de 10 à 1 ms, permettant ainsi, une interactivité en temps réel nécessaire et indispensable à la réussite des voitures autonomes ou encore de la réalité augmentée.

Dans le monde de l’IoT, la 5G va permettre de connecter un nombre incalculable d’objets sans perte de performance. La faible consommation électrique permettra également aux objets connectés de fonctionner durant des mois, voire des années sans intervention humaine.

 

La 5G, c’est pour quand ?

En France, le déploiement de la 4G est encore en cours dans les zones rurales, alors que, les opérateurs parlent déjà de l’arrivée de la 5G. Certains commencent même dès cette année, à tester cette technologie dans des villes pilotes. Le Japon ayant annoncé un déploiement opérationnel pour les JO de Tokyo en 2020, la 5G devrait arriver en France à la même période. Selon l’équipementier Ericsson, d’ici la fin d’année 2024, la 5G devrait couvrir 40% de la population mondiale.

En conclusion, la 5G, ce n’est pas pour tout de suite, mais comme toujours, les opérateurs prévoient plusieurs années à l’avance les technologies du futur.

 

La géolocalisation indoor

 

Parmi les tendances phares du MWC, la géolocalisation indoor s’est fait une place de choix. Voici ce qu’il faut en retenir :

Depuis de nombreuses années, le domaine de la géolocalisation est dominé par le GPS que ce soit dans le monde des entreprises ou celui des particuliers donnant une position d'une précision allant de 10 à 5 mètres.

Mais aujourd’hui, les utilisateurs ont besoin de plus de finesse en matière de précision et notamment en intérieur. C’est là que la technologie GPS atteint ses limites. Pour répondre à ces besoins, de nouvelles technologies sont montées en puissance.

 

L’asset tracking indoor, un enjeu pour l'industrie

A l’ère de l’industrie 4.0, les acteurs économiques cherchent à rationaliser et optimiser chaque opération dans leurs usines et notamment la localisation et le suivi des équipements. Pouvoir identifier et localiser facilement les objets est devenu une priorité.

Il faut savoir qu'un service de localisation indoor efficace se base sur la combinaison de 3 composants : le matériel (beacons, capteurs, etc.), un logiciel de traitement des données et la connectivité. Concernant la géolocalisation indoor, nous pouvons distinguer 3 grandes familles de connectivité : le WiFi, l’Ultra WideBand et le Bluetooth. Ce dernier étant le plus utilisé, de part sa maturité, que ce soit en termes de coûts ou de performance.

 

Réseau Mesh et technologie Angle d’arrivée

Parmi les technologies émergentes en localisation indoor, deux d’entre elles se distinguent : la technologie en réseau maillé (Mesh) et la technologie d’Angle d’Arrivée (AOA).

Le protocole Mesh est un réseau local (LAN), un réseau local sans fil (WLAN) ou bien un réseau local virtuel (VLAN) qui utilise une méthode de connexion décentralisée basée sur des n½uds reliés les uns aux autres pour former une « maille ». Cette technologie permet de se passer de routeur ce qui facilite sa mise en place et diminue donc les coûts en infrastructure.

La technologie Mesh permet d’atteindre une très grande portée de communication, ainsi qu’une précision de localisation indoor, inférieure à 10 mètres.

Concernant la technologie AOA (Angle Of Arrival), cette dernière exploite l’angle d’arrivée des signaux émis par un Tag mobile à destination d’au moins 2 antennes environnantes et permet ainsi d’obtenir une localisation en temps réel (RTLS) avec une précision de l’ordre de la dizaine de centimètres.

Néanmoins, à la différence du Mesh, la technologie AOA nécessite plus d’investissements en infrastructure de par son système de fonctionnement à double antennes.

Ces deux technologies de localisation indoor vont sans aucun doute se développer et être déployées sur de nombreux projets au cours de l’année à venir.

 

Schéma de fonctionnement de la technologie Mesh par Wirepas

 

L’intelligence Artificielle, où en sommes-nous ?

 

Autre tendance vue au Mobile World Congress Barcelone, l’Intelligence Artificielle (IA). En combinaison avec les objets connectés, l’IA se développe et devient de plus en plus précise et utile.

En effet, maintenant l’engouement des premières années passé, l’intelligence artificielle est aujourd’hui développée pour être utilisable par les consommateurs, et ainsi, leur apporter une véritable aide. C’est notamment le cas dans l’industrie pour optimiser les tâches des ouvriers et leur éviter de perdre du temps sur celles ayant une faible valeur ajoutée.

Une étude menée par le Mckinsey Institute a montré que les industriels ayant déjà adopté des solutions intelligentes, ont vu leurs marges augmenter de 3 à 15%. D’ici 2035, l’IA devrait permettre d’accroître de 40% la productivité des entreprises d’après Accenture.

Néanmoins, les entreprises françaises ne sont pas encore passées à la vitesse supérieure et certaines idées reçues persistent. Comme par exemple, la peur de voir les emplois remplacés par l’Intelligence Artificielle. Or le développement des IA dans l’industrie ayant pour but de permettre aux travailleurs de gagner en productivité et de monter en compétences et non de les remplacer, cette image ne devrait pas avoir de raison d'être.

Si dans le secteur secondaire, les entreprises sont encore un peu en retrait, celles du secteur des télécommunications ont quant à elles déjà investi ce marché.

Sur le salon Mobile World Congress, Orange, a par exemple présenté son assistant virtuel, Djingo, capable d’interpréter et de répondre aux clients via des applications mobiles comme "Orange Bank".

Pour Orange, une IA doit cependant répondre à certains critères pour être viable :  elle doit être utile et adaptée à de nombreux besoins, elle doit passer par des réseaux sécurisés et fiables pour éviter les piratages, mais elle doit avant tout être capable d’analyser l’environnement pour répondre au mieux aux besoins des usagers.

Remplir tous ces critères demandant un investissement en R&D important, ainsi qu'une beaucoup d'agilité dans les méthodologies de travail, il n'est pas étonnant de voir que les start-up représentent aujourd'hui les principaux acteurs du marché de l'IA en France.

D’après une étude menée par le cabinet Tractica, le marché de l’IA devrait représenter 71 milliards de dollars d’ici 2024 contre 200 millions en 2015.

 

Évolution du marché de l'Intelligence Artificielle en milliards de dollars (Source : Tractica)

 

Ce qu'il faut retenir

 

Cette année encore, le Mobile World Congress de Barcelone aura été un bon observatoire des tendances et innovations. Ce salon permettant aux différents acteurs (publics et privés) d’avoir une vue d'ensemble du marché des télécommunications et des objets connectés.

S’il y avait 3 choses à retenir ce serait tout d’abord, les avancées techniques de la 5G et la projection d’un déploiement d’ici quelques années, le développement des solutions de géolocalisation indoor, de plus en plus recherchées par les industriels et pour finir, l’Intelligence Artificielle représentant un marché très prometteur, mais encore peu développé en France.

 

 









Newsletter
Téléphone
Contactez nous +33 (0) 4 67 47 60 60 Service Commercial Contact